Du Parc des Canards à l’Ile des Moulins

Enfin, l’été est là, bien que le soleil se soit badigeonné de crème solaire à SPF élevé, il est là!

Quand j’étais petite, nous n’allions pas à l’Ile des Moulins, mais au Parc des Canards! Un gentil monsieur du Vieux Terrebonne, s’occupait des canards sur l’étang, nous gardions nos croûtes dans le fond du sac à pain pour aller nourrir les canards! C’était l’activité familiale de l’été qui se terminait souvent par un arrêt au Toit Orange sur St-Louis!

Le gentil monsieur est décédé, les canards blancs ne sont plus revenus… Malheureusement, l’activité a résisté malgré leur absence!

Aujourd’hui, les bernaches, les goélands et les pigeons ont pris la place…TOUTE la place! 

En effet, au fil des ans, nous avons été témoins d’une population croissante de bernaches… cette année, ça frise le ridicule! Malgré des affiches discrète recommandant de ne pas nourrir les oiseaux, l’activité familiale demeure!

Une marche hors des sentiers pédestres est rendue périlleuse… Des excréments de formats impressionnants jonchent le sol! C’est vraiment désagréable… Les couvertures étendues sur la pelouse, on oublie ça pour cet été!

La bernache du Canada est un oiseau migrateur protégé par une loi qui interdit les abattre ou de les capturer, de les endommager, de les détruire ou de déranger leurs nids, à l’exception de ce qui est prévu dans le Règlement sur les oiseaux migrateurs.

Le premier comportement pour permettre une meilleure cohabitation et éviter l’envahissement par un trop grand nombre de bernaches est de cesser de les nourrir. C’est primordial! En plus de les attirer artificiellement, les nourrir avec des aliments comme le pain peut nuire à leur santé en les empêchant d’absorber les nutriments naturels dont elles ont besoin. 

L’Ile des Moulins est un lieu de rassemblement magnifique, nous devons collectivement nous affairer à rendre la cohabitation humains et bernaches agréable! Pour le moment, leur nombre devient trop grand, cela devient problématique autant  pour la qualité de l’eau que la présence de déjections sur le sol.

Cessons donc de nourrir les bernaches. Permettons leur de suivre leur parcours, elles ne sont pas destinées à vivre ici!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :